Se mettre au vélo

Ils grillent les feux rouges, slaloment entre les poussettes, insultent les gentils taxis et portent des shorts en Lycra qui moulent le paquet au-delà du raisonnable et leur nombre est en augmentation régulière. Bref, les cyclistes prennent les villes d’assaut. Mais faut-il vraiment se mettre au vélo ?

Voici une liste exhaustive de contre-indications:
– vous ne savez pas faire du vélo ou vous venez tout juste d’apprendre : allez vous entraîner à la campagne, avant le grand bain de la ville
– vous habitez à plus de 20km de votre travail, le trajet c’est montée-descente-montée-descente-montée-descente, vous devez arriver propre, frais et bien habillé, en plus il n’y pas de douche sur votre lieu de travail, et la mère de votre chef est morte dans un accident de bicyclette en 1992

Et maintenant, une liste non-exhaustive de bonnes raisons:

1. Pour le moral

Remplacer 30 minutes de temps passé à la lueur des néons des transports par 30 minutes en extérieur à se remuer le derrière dans des proportions mesurées, ça oxygène le corps, mais aussi la tête. Promis, juré.

2. Pour le portefeuille

Voici un ordre d’idée de budget pour une année à vélo :
– Acquisition : 200 euros (milieu de gamme)
– Révisions (2 fois) : 175 euros
– Accessoires divers (antivol, sacoches, casque, gilet) : 150 euros
– Coût total : 325 euros
Comparé au pass Navigo à 72 euros / mois et aux dépenses occasionnelles de taxi, les économies tournent autour de 500 euros.

3. Pour la planète

Quand vous roulez, vous utilisez l’énergie qui vient de ce que vous mangez + vos muscles : c’est vraiment sympa pour les arbres et les papillons. À part la marche, plus écolo, y a pas.

4. Pour le petit commerce

Un vélo, comme une voiture, s’entretient : huile, pression des pneus, plaquettes de frein, loupiotes, entres autres. On peut apprendre à le faire soi-même ou soutenir le petit commerce : Vélo Electro, Doc’ Vélos, Ok ça roule, Bicycl’artCycle Jean… Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à les signaler dans les commentaires ! Et pour apprendre, la Maison du Vélo, près de Bastille.

5. Pour les muscles

Si comme moi, votre tendance naturelle tient davantage de la larve que de la gazelle, ne désespérez pas. Après un an à faire entre 10 et 30 km quasiment chaque jour sur mon Peugeot d’amour, des muscles ont poussé à des endroits où j’ignorais pouvoir en fabriquer : vous aussi,  dites bonjour à vos ischio-jambiers et à vos muscles grands fessiers.

6. Pour la sérendipité*

Tel le renard agile, il vous est désormais facile d’explorer les moindres recoins de votre ville.  Les parcs, ruelles, musées, placettes plus ou moins cachées, boutiques, arrières-cours, etc. sont à portée de pédales, et parfois plus proches que vous ne le pensez.

*La sérendipité, c’est la découverte de quelque chose alors que vous cherchiez tout autre chose. Comme la fois où j’ai traversé par hasard le parc André Citroën après m’être égarée sur le chemin pour aller chez ma copine Lucie.

7. Pour votre géographie personnelle

Le métro et le RER n’aident pas le cerveau à constituer une connaissance globale du territoire. Pourquoi ? D’une part parce qu’on ne visualise pas les liens entre les différents endroits, contrairement à d’autres modes de transport en surface, comme le bus, le tram, la voiture ou le skateboard). D’autre part, parce qu’on est passif, et il est scientifiquement prouvé qu’on apprend davantage lorsqu’on est actif. Au passage, explorer sa ville, c’est aussi en voir la diversité, et franchement, ça ne fait pas de mal.

Vous hésitez ?
Ça vous coûtera 30 euros de savoir si ça vous plaira :
– pour une expérience au plus près de la réalité, ne réfléchissez pas trop et achetez un vélo d’occasion et d’entrée de gamme + un cadenas. Vous le revendrez si vous ne vous en servez pas, vous mobiliserez environ 150 euros et y laisserez environ 30 euros si finalement ça ne vous plait pas.
– dans une grande ville, commencez avec un abonnement Vélib’ ou l’équivalent local . Pour tirer parti du service, téléchargez l’appli qui permet de connaître en temps réel la situation des stations. Avant de vous lancer, prévoyez une semaine pour savoir si vous aurez des vélos au départ et des places à l’arrivée. Vous éviterez les trajets-cauchemar, surtout les jours de beau temps hors vacances scolaires où tout le monde aura la même idée que vous.

L’appli : All Bikes Now (couvre plusieurs villes). L’abonnement : ~30 euros / an

Et la pluie ?

Bah,  ne soyez pas dingues : s’il tombe des trombes, renoncez à aller au travail prenez le bus, ça vous changera. Sinon, avec un bon K-way et une vue qui tolère de ne pas porter de lunettes, on survit.

Moi, 48h après avoir reçu mon vélo, quelque part entre Lens et Hénin-Baumont (photo Benjamin Polle)

Point sécurité

La circulation à Paris peut faire peur, mais elle est moins terrible qu’elle n’en a l’air. Les plus flippés d’entre vous porteront un gilet jaune de jour comme de nuit, au moins au début (5€ chez Décathlon). Le casque est théoriquement obligatoire : personne ne vous emmerdera si vous n’en portez pas, à part moi et votre mère (lisez ce post avant de décider si vous voulez vraiment vous en passer). L’accident le plus fréquent à Paris, c’est le coup de la portière qui s’ouvre : roulez toujours à 1 mètre des voitures garées et ralentissez systématiquement aux feux rouges. L’artère la plus dangereuse est la rue de Rivoli. Et pour en savoir plus, cliquez ici.

Et les vols ?

On va pas se mentir : ça arrive. Les règles d’or :
1. Jamais dehors ton vélo la nuit ne passera.
2. Dès que possible à l’abri, tu le mettras.
3. Dans un cadenas chaîne ou U, tu investiras.
4. Tes coordonnées, quelque part sur ton vélo, tu graveras.
5. Le lâcher-prise, en toutes circonstances, tu pratiqueras.

Le coin des esthètes

Les casques pliants Carrera (approuvés par Mélie et Anne-Fleur) : n’essayez pas de prendre autre chose qu’un casque bien aéré, vous allez suer (je le sais, j’ai testé). L’équivalent en pas cher existe chez Décathlon pour 15 euros (approuvé par moi-même).
Arcade, des vélos made in Nantes super beaux (signalés par Caroline, testés par Martin, approuvés)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *