Moi + ma cup = amour pour toujours

Bon, aujourd’hui on va parler de trucs de meufs. Les représentants du genre masculin, et particulièrement ceux dépourvus de vagin, vous êtes ici à vos risques et périls. Parce qu’on va plus particulièrement parler de règles… et du passage à la coupe menstruelle, plus connue sous son petit nom : la cup !

latodolist_visuels-34

C’est quoi, la coupe menstruelle (ou la cup) ?

C’est un petit objet, souvent en silicone chirurgical tout mou, qui se met dans le vagin au moment des règles pour recueillir le sang des menstruations. Il peut accueillir de 10 à 30 ml de sang menstruel, ou tout autre liquide, rester en place pendant 12h et est réutilisable quasiment à l’infini (on estime pour l’instant qu’il faut remplacer sa cup tous les 10 ans). Ce produit a été inventé dans les années 30, n’a commencé à se répandre qu’en 2012 – allez savoir pourquoi. Je me suis procuré ma première cup à l’été 2013.

Cup ou coupe menstruelle, mode d’emploi

Au début des règles, on insère la cup dans le vagin en la pliant. Elle se met en place et on peut la laisser là pendant 10 à 12h. Pour l’enlever, on la fait un peu descendre, par exemple en contractant le périnée ; puis on la pince avec les doigts : cela crée un petit appel d’air qui permet de la retirer complètement. On la vide dans les toilettes, on la rince à l’eau claire (ou on l’essuie avec un peu de papier toilette si c’est compliqué d’accéder à un robinet), et on la remet en place.

Quand on la retire une bonne fois pour toute (enfin pour ce mois-ci), on la stérilise 5 minutes à la casserole dans de l’eau bouillante, et on la remet dans son petit pochon en attendant les prochaines règles. C’est tout ! Si vous trouvez que c’est pas clair, vous trouverez en fin d’article un lien absolument génial vers une démonstration super claire en gif animés sur un utérus en plastique.

latodolist_visuels_cup2

Quels sont les avantages de la cup ?

Personnellement, j’ai trouvé énormément d’avantages à passer à la coupe menstruelle.

Le premier, c’est que c’est qu’une fois qu’on maîtrise la pose, c’est plus confortable que tout le reste, et finalement pas très contraignant. Notamment pour les sportives, les professionnelles, ou juste les meufs qui aiment se sentir libres de leurs mouvements.

Le deuxième, c’est que c’est beauuuuuucoup plus écologique que des tampons ou des serviettes. Et (un peu) plus économique : une cup coute environ 30 euros. En imaginant qu’on dépense 5 euros de tampons tous les mois, au bout de 6 mois, on fait des économies. Et comme une cup ne se change que tous les dix ans… Je vous laisse faire le calcul à la fin.

Le troisième, c’est que je suis SÛRE que c’est mieux pour la santé, et je dis pas ça uniquement par rapport à tous les scandales qu’il y a eu sur les chocs toxiques causés par les tampons. Le coton dont sont faites les protections hygiéniques est souvent traité avec des produits forts et très chimiques. Personnellement, la perspective de mettre tous ces résidus de pesticides si près de mes organes sexuels ne me remplit pas de joie.

Le quatrième est un peu étrange : je trouve qu’une cup pleine, c’est plutôt gratifiant… jusqu’à la cup, je ne me représentais pas vraiment mon flux menstruel, la quantité de… mais enfin restez, ne partez pas ! Ce n’est pas sale, voyons, c’est juste le corps !

Enfin, le cinquième, qu’on peut vraiment difficilement contrer, c’est qu’il existe des cups À PAILLETTES. Rép a sa le tampon !

latodolist_visuels_cup1

Mon expérience avec la cup

J’ai acheté ma cup au Canada en 2013. Mon keum et moi étions au marché Jean-Talon, à Montréal. On est rentré dans une boutique bio, dans laquelle il y avait des MoonCup en rayon. J’avais lu beaucoup de choses sur Internet et j’étais très intriguée ! À ce moment, je ne savais pas trop où en trouver en France, alors je l’ai prise sans réfléchir. Elle m’a coûté 25 dollars.

Elle est restée quelques mois dans sa boîte à mon retour. Un jour où mes règles viennent de tomber, je la sors et la mets, en mode YOLO : je m’y reprends à plusieurs fois, en la pliant, en cherchant le bon angle, etc. J’arrive ENFIN à mes fins après 20 bonnes minutes d’efforts, et commence à travailler. C’était le matin. Je passe plusieurs heures assise, et très vite, je me dis que c’est super inconfortable… En fait, ça me fait carrément mal. J’insiste : je la garde toute la journée, jusqu’à aller à un rendez-vous l’après-midi. C’était idiot : entre les douleurs de mes premiers jours de règle et la cup pas très bien mise, je vis un enfer. Je rentre et l’enlève immédiatement, en jurant de ne plus jamais toucher à cet instrument du diable.

Le lendemain, vaguement remise de mes émotions, je me dis : “Quand même, c’est étrange : tous les témoignages que j’ai lus sur internet disent que c’est génial. Il y a un truc que j’ai du mal faire.” Je google mon problème, et je me rends compte que je peux couper le bitonio qui me faisait si mal hier. Armée de ciseaux, je procède, mais au moment de la réinsérer, je me dégonfle : j’ai eu trop mal la veille, ça sera pour la prochaine fois.

Le mois suivant, quelques jours avant mes règles, je me prépare psychologiquement. Le jour dit, je recommence mes acrobaties pour l’insérer, et cette fois-ci, ça se passe BEAUCOUP mieux. Je ne sens plus du tout les douleurs, le stratagème de la découpe a hyper bien fonctionné. Je suis fière de moi et vaque à mes occupations, l’esprit léger. Le lendemain, je réitère l’expérience. Mais quelques heures après insertion, c’est la cata : je sens comme une fuite… Je m’éclipse dès que je peux aux toilettes. Effectivement, c’est la guerre dans mon slip. Je vide et réinsère la cup, complètement à l’arrache, en bénissant le ciel d’être habillée de noir ce jour-là.

Depuis, je conseille aux moins téméraires de faire leur expérience au calme. Par exemple : chez soi, habillée de fringues sombres qui ne craignent rien, éventuellement en fin de cycle, quand le flux est moins important, voire carrément avec un protège-slip en filet de sécurité. Quant à moi, encore aujourd’hui, il y a des jours où je galère à trouver pile la bonne position. Mais je le sens très vite, et je rectifie immédiatement.

Quelques semaines plus tard, j’ai eu un autre accident de cup, un peu moins “tachant” : la grande étourdie que je suis l’a oubliée sur le feu pendant qu’elle stérilisait. En plus d’avoir un peu abîmé une casserole, ça a aussi brûlé le silicone sur un des cotés. Je l’ai re-lavée et stérilisée, et ai continué de l’utiliser, jusqu’à ce qu’elle se troue à l’endroit où elle avait brûlé. J’en ai depuis racheté une dans un Naturalia – quasiment le même modèle, pour une 20aine d’euros.

latodolist_visuels_cup3

Alors que ma cup et moi vivions depuis plusieurs mois une relation douce et siliconée, deux copines ont elles aussi décidé de passer à la cup. On a ouvert une “hotline cup” : une conversation Facebook où on se demandait des conseils, où on échangeait. C’était trop bien ! Ça m’a fait réaliser qu’on était chacune différente : l’une d’elle a eu besoin d’une cup plus grande que la mienne, même en ayant eu zéro enfant et zéro avortement ; elle a trouvé le modèle avec un anneau au bas de la cup plus facile à manipuler, notamment pour le retrait. Et moi, en les observant (gniark gniark), je suis aussi arrivée à la conclusion qu’il faut environ 3 cycles pour trouver le coup de main.

Bref : si vous hésitez à vous lancer, faites-le avec des copines, parlez-en, ça devient génial. Et qui sait, vous allez peut-être découvrir que vous avez ce truc ultime de BFF : des cycles synchrones !

Est-ce que cet article vous a plu ? Si vous aimez les sujets de meuf, j’ai encore plein de trucs à raconter, sur les règles, sur le choix d’un gynécologue, sur les questions que je me pose sur la grossesse… Dites-moi !


Vous hésitez à vous lancer avec la cup

Si vous portez déjà (ou projetez de porter) un DIU, renseignez-vous auprès de votre gynécologue : le (petit) effet de succion généré par la cup au moment du retrait peut porter atteinte au fonctionnement de la contraception.
— Vous pouvez consulter cet article, qui contient des GIF animés et un utérus en plastique transparent. C’est pas dégueu (promis) et c’est très clair, par ici !
— Si vous aussi, vous trouvez qu’on ne parle pas assez du sexe des femmes, vous pouvez regarder les vidéos d’Oriane qui sont troppppp bien : le Journal de ma Chatte sur le blog Les Flux de Clu
— Si votre focus c’est plutôt les règles, vous pouvez aller sur le blog de Jack Parker : Passion Menstrues. Je kiiiiiiffe !

2 Comments
  1. Hahaha je me revois la première fois où j’ai cru que je ne parviendrais jamais à retirer l’objet maudit de mon corps. Mon conseil c’est de commencer que la nuit comme ça on est chez soi tranquilou pour les acrobaties. Et +1 : c’est deux copines qui m’ont tout appris, on a fait un atelier pratique dans un café à base de pliage de serviettes de table.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *