Choisir un vin en supermarché

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’en ce moment, on ne manque pas de raisons de picoler. Plutôt que de s’étendre sur la politique intérieure et extérieure française, si on apprenait à choisir nos flacons pour ce week-end ?


 

Cette méthode, développée par Benjamin, a été testée et approuvée par un large panel de copains. Elle tient en trois critères faciles à garder en tête au moment où on erre comme une âme en peine dans les rayons du supermarché en essayant désespérément de se rappeler de la différence entre un Sauvignon et un Chardonnay.

Œnophiles et amateurs, avant de monter dans les tours, gardez en tête que ce guide partial et partiel est là pour permettre à une faune qui n’a pas envie de se prendre la tête de s’abreuver décemment. Tout conseil avisé de votre part sera le bienvenu dans les commentaires 😘

Critère n°1 : RÉCOLTANT

Quand la personne qui vend le vin est aussi celle qui le fabrique, on met plus de chance de son coté d’avoir un produit de bonne qualité. Les propriétaires-récoltants ont droit à une capsule différente de celle des négociants : on choisit une bouteille dont la capsule a le mot “récoltant” indiqué en toute lettre sur le pourtour, ou tout simplement la lettre “R”. La couleur, elle, correspond au type d’alcool. Si vous voulez en savoir plus sur les capsules des vins, il y a cette fiche Wikipédia.

Critère n°2 : MÉDAILLE

Un vin qui a eu une médaille, c’est bien. Si la médaille vient de Paris ou de Lyon, c’est mieux : lorsque les concours sont organisés dans ces deux villes, il y a souvent plus de produits présentés, et le jury se montre plus facilement impartial. Une garantie de plus d’avoir un vin correct.

Critère n°3 : PRIX

C’est un vigneron qui l’a dit : en dessous de 4 euros, impossible de fournir un produit de qualité. Le bon prix ? Entre 5 euros et 7 euros. On peut toujours monter, mais en restant dans ces limites, on est à peu près sûr de ce qu’on va trouver.

Récoltant + médaille (Paris ou Lyon) + prix (5 à 7) = miam. Et c’est tout.

C’est tout ?

Non non, pardon, évidemment que non, ce n’est pas tout, on peut affiner. Il y a des tas de bouteilles très bonnes qui ne répondent à aucun de ces trois critères, et chacun a ses propres goûts. Alors complétez : vos propres astuces et les dernières pépites que vous avez trouvées sont les bienvenues en commentaires 🙏

Allez, tchin, et surtout n’oubliez pas : l’alcool ne résout rien, mais l’eau non plus. (Et l’abus d’alcool gnagnagna santé.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *